Ventes Sedo – semaine 2 (2011)

Qu’elles s’appellent WebostingCase.com (44 000 USD) chez les .COM, TuttoAuto.it (33 600 EUR) du côté des ccTLDs ou real-estate.asia (10 500 EUR) pour les autres TLDs, aucune des stars de la semaine n’a réussi à franchir la barre symbolique des 6 chiffres.

Au passage, si vous rêvez de rencontrer Sedo en terres françaises, ils seront présents au Salon des Entrepreneurs les 2 et 3 février prochains à Paris. Leur Country Manager France, Anne-Laure Leobold, y animera notamment avec Loïc Damilaville (adjoint au Directeur Général de l’AFNIC) une conférence sur les noms de domaine.

Pour l’heure, retour à nos moutons francophones de la semaine :

  • coulisse.com, racheté 20 000 EUR par un fabricant hollandais de stores, déjà titulaire de coulisse.nl et qui doit manifestement réaliser une partie importante de son chiffre d’affaires à l’étranger pour en arriver à sécuriser le .com dans un pays où le .nl affiche un fort taux de pénétration face au .com. Cette transaction est d’autant plus intéressante qu’elle met manifestement en scène deux utilisateurs finaux, dans la mesure où le vendeur semble être la société Difaq Industrie (vente d’accessoires pour le poste informatique et l’ergonomie du bureau). C’est en tout cas la piste la plus probable au vu des données Archive.org, mais je n’ai pas creusé plus que ça. Tout juste ai-je découvert au passage que coulisse.fr était lui aussi la propriété d’un utilisateur final, puisqu’il redirige vers le nom de domaine ferrure.fr, qui lui même pointe vers le site du Groupe Setin, « multi-spécialiste de la quincaillerie de bâtiment et fournitures industrielles ».

Pour en revenir au .com et à titre de parenthèse, on a vu récemment avec la vente de FB.com par l’American Farm Bureau à Facebook (pour $8,5M maximum) que les transactions entre utilisateurs finaux débouchent souvent sur des prix relativement élevés. La raison à cela : la perte d’un actif pour une entreprise n’a pas les mêmes conséquences – et donc pas le même « prix » – que pour un investisseur en noms de domaine; or la valeur d’actif revêtue par le nom de domaine, si elle s’applique quel que soit son titulaire, prend toute sa dimension lorsque l’actif en question est la propriété d’un utilisateur final idéalement ciblé.

Deux enseignements à en tirer pour les entreprises en phase d’achat de nom de domaine : 1. mieux vaut se retrouver face un « domaineur » qu’à un utilisateur final, à la fois pour la simplicité de négociation et les tarifs généralement pratiqués et 2. n’oubliez pas que le nom de domaine pourra s’inscrire au patrimoine de votre société dès l’instant où vous en aurez fait l’acquisition, et s’inscrire par la même dans une logique de valorisation. Si vous cédez un jour cet actif, il ne pourra donc que s’être bonifié entre vos mains expertes. En clair, vous faites donc dans la vaste majorité des cas une affaire au moment même où vous achetez le nom de domaine tant convoité.

  • un PlanCul(.com) à 3 000 EUR (tout de même). Si l’acquéreur souhaite visiblement rester un minimum discret, le whois ne cache pas une date de création initiale du nom de domaine remontant au siècle dernier. Un plan béton en termes de référencement, donc.
  • horizon.fr vendu 10 000 EUR. A la fois une valeur générique solide et une excellente dimension branding pour ce nom. Racheté par la société MEMOLIM, active dans la vente de prestations et de matériel informatique. Si un changement de nom est à la clé, horizon.fr est nettement plus accrocheur/évocateur/positif qu’un memolim.fr, si vous voulez mon avis.
  • promotions.ch, racheté 7 000 EUR par des voisins qui seraient sans doute bien inspirés d’aller chercher la version au singulier en Autriche s’ils ont l’intention de lancer un site d’envergure. Promo.ch et promos.ch devraient être encore plus difficiles à faire bouger.
  • JeuxDeSport.fr, racheté 1 500 EUR par Les Editions Du Web, éditeur notamment du blog de foot Pleine Lucarne.
  • LOL.be, vendu lui aussi 1 500 EUR. Bon OK, ce n’est pas vraiment du français mais LOL quand même.
  • B2P.fr, racheté 1 000 EUR par Bureau2Presse.fr (#fail sur BureauDePresse.fr apparemment).
  • corset.eu, 1 000 EUR également. Pour le coup, ça se dit en français mais le nom de domaine a été racheté par l’éditeur allemand de the-corset.de.
  • brico.net, racheté 1 550 EUR… mais pas par l’acheteur de brico.fr (en l’espèce, par la société Elixis).
  • inflammation.org, 850 USD.

C’est tout pour cette semaine. Ah non, il vous reste encore la liste complète à découvrir !

[table id=20 /]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *