Faire-part de naissance… d’un nom de domaine

Pour marquer le passage imminent de la barre symbolique du demi-millier de followers sur Twitter, je me suis récemment proposé d’offrir un nom de domaine (libre et en .com, hein, faut pas pousser !) à l’heureux 500ème. Et à ce petit jeu, c’est @CardsStationery qui a décroché le pompon. Un peu surpris de voir un twittos anglophone monter au créneau sur ce coup, j’ai réalisé qu’il s’agissait en fait d’un sous-compte de @FairePartoo, vitrine Twitter (twitrine ?) du site FairePartoo.com. Ayant découvert récemment sur leur blog l’histoire du nom de domaine FairePartoo.com, je me suis dit qu’il pourrait être sympa de parler noms de domaine avec l’un des fondateurs de la boutique.

Lire la suite

Entretien avec l’acheteur du nom de domaine brico.fr

vis écrouOfficiellement, il s’agissait du premier nom de domaine mis aux enchères publiques offline en France. Une nouvelle si insolite qu’elle avait même été reprise par le Journal Du Net, certes réputé parmi les moins avares en matière de publication d’articles sur le thème des noms de domaine.

Fin mot de l’histoire, brico.fr a bien été adjugé le 15 décembre dernier à Saint-Etienne. Ceux qui surveillaient le whois depuis cette date ont bien du s’en douter, mais rien n’avait jusque là vraiment transpiré sur les détails de la transaction et l’identité de l’acheteur.

Lire la suite

L’AFNIC et SEDO joignent leurs forces dans un partenariat d’envergure

logologo_refInformation exclusive Blogodomaines ! L’AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération, en charge de la gestion de la gestion administrative et technique des noms de domaine en .fr et en .re) et SEDO (Search Engine for Domain Offers, première plate-forme mondiale d’achat-vente de noms de domaine) organiseront prochainement, dans le cadre d’un partenariat exceptionnel, la mise aux enchères des noms de domaine de la liste des termes fondamentaux AFNIC.

Exception faite des noms des communes françaises et d’une liste noire non-exhaustive établie par l’AFNIC à son entière discrétion, l’ensemble de la liste des termes fondamentaux téléchargeable au lien suivant (réservé aux adhérents AFNIC) sera proposé dans le cadre d’enchères en ligne organisées par la société SEDO. En raison du volume non-négligeable de l’inventaire (plusieurs centaines de noms de domaine), l’opération devrait être répartie sur un trimestre et la liste scindée en plusieurs séries d’enchères hebdomadaires. Pour l’occasion, les sites internet www.sedo.fr et www.afnic.fr devraient arborer un design spécial. Il s’agit là d’un signe fort envoyé par les deux acteurs, le site de SEDO venant tout juste de faire peau neuve au prix de plusieurs centaines de milliers d’euros de budget marketing et celui de l’AFNIC n’ayant pour ainsi dire pas évolué depuis 10 ans.

Autre fait exceptionnel : les enchères seront ouvertes à tous (y compris aux Français de l’étranger et aux étrangers de France). Cette décision a été motivée par la présence dans la liste de noms de pays en .fr et par la volonté d’éviter toute discrimination. Nul doute que la bataille devrait être rude entre les milliardaires russes sur un federation-derussie.fr et que la Maison Blanche ne devrait pas laisser passer l’occasion de mettre la main sur « son » etats-unis-d-amerique.fr. Et que dire de l’attrait de noms prestigieux comme jamahiriya-arabe-libyenne.fr (الجماهيريةالعربية الليبية الشعبية الإشتراكية العظمى, en arabe)

Dans cette liste également, de nombreux noms de domaine premium tels que :

  • avocat.fr (nom d’un fruit gras à la peau verte),
  • barreau.fr (Cf. barreau de chaise, ou de prison),
  • docteurs.fr (j’ai le .com, il me FAUT la paire !),
  • presse.fr (les agrumes apprécieront),
  • email.fr (en attendant la version IDN),
  • whois.fr (j’imagine mal M. Ano Nymous laisser passer sa chance sur celui-là),
  • poudre.fr (excellente typo de poutre.fr)
  • travesti.fr (idéal pour une boutique de déguisements)
  • schnouf.fr (je n’ai pas retrouvé la signification de celui-ci, mais c’est un bon brandable)

Mais aussi des blockbusters comme internet.fr, webmaster.fr, dieu.fr, elections.fr, com.fr ou france.fr (le projet en cours ne devrait donc pas aboutir malgré une charte graphique déjà avalisée)

En accord avec l’Etat français, les noms de domaine liberte.fr, egalite.fr et fraternite.fr ne seront pas proposés dans le cadre de ces enchères spéciales. Greve.fr ne devrait pas non plus obtenir son bon de sortie, en vertu du droit fondamental qu’il symbolise en France.

Afin de garantir la meilleure activité possible, tous ces noms de domaine seront mis aux enchères sans prix de réserve. A moins qu’ils ne reçoivent aucune offre (pas à exclure pour certains navets comme cadavre.fr), ils trouveront donc preneur dans tous les cas.

Pour assurer la bonne marche des transferts des noms de domaine vendus, SEDO et l’AFNIC ont choisi de faire appel au registrar OVH, qui devra pour l’occasion revoir l’intégralité de sa procédure technico-administrative et son interface client d’un autre âge.

Fait important, tous les noms de domaine rachetés dans le cadre de ces enchères feront l’objet – à l’instar des méthodes pratiquées par Verisign sur le .TV – d’une trarification annuelle variable fixée après-coup par l’AFNIC en fonction de l’identité de l’acquéreur. Un nom comme notaire.fr devrait donc faire l’objet d’une facturation supérieure à un huissier.fr, jugé moins noble. En cas de rachats multiples par un même acquéreur, d’autres noms comme marijuana.fr pourraient être facturés au poids.

L’AFNIC et Sedo espèrent générer grâce à ces enchères plus de 10 millions d’euros de volume de ventes, là où la société INDOM – conseillère privilégiée de l’AFNIC depuis l’avènement du dossier .paris – a valorisé l’ensemble du portefeuille à 45 532 EUR (quarante cinq mille cinq cent trente deux euros). Exceptionnellement, Sedo ne touchera pas 10 mais 20% de commission sur les ventes réalisées. La société s’engage en échange à augmenter de 500% ses effectifs francophones et à bannir le titulaire du nom de domaine afnique.fr de sa plate-forme.

Cette collaboration faite suite à la récente réelection de l’AFNIC pour la gestion du .fr, et au prochain changement d’appelation du Groupe AdLINK pour Sedo Holding.

La date symbolique du 14 juillet devrait finalement être retenue pour le lancement de cette opération, au détriment de celle du 3 octobre initialement proposée par la société de droit allemand Sedo. Le jour de la Fête Nationale française aurait en outre été vivement conseillé par Bob Parsons à Matthieu Weill, le Président de GoDaddy lui ayant vanté les retombées exceptionnelles qu’entraîneraient un spot publicitaire télévisé passé à la mi-temps de la finale de la Coupe du Monde de football 2010.

Sex.com en route vers un nouveau record ?

ThreesomeLa nouvelle aurait presque passé sous silence la récente vente de poker.org pour un million de dollars. Dans un peu moins d’un mois, une légende des noms de domaine va remonter sur scène. Pour la énième fois dira-t-on, après moultes aventures rocambolesques parmi lesquelles des changements de mains multiples, des vols, des procès à rallonge et même un livre. Aucun doute, ce nom de domaine est une histoire à lui tout seul. Mais pourrait-il en être autrement pour LE nom de domaine générique non-développé (il redirige actuellement vers une page parking) qui selon moi reçoit le plus de type-in sur la planète et symbolise à lui seul l’une des industries les plus anciennes, les plus innovantes et les plus performantes sur le Web ?

Cette fois-ci, c’est dans le cadre d’une vente aux enchères sur saisie que sex.com sera remis en jeu. En effet, il semblerait que la société ESCOM LLC, qui avait aurait racheté ce nom de domaine en janvier 2006 pour 14 millions de dollars (un montant qui n’a jamais été confirmé officiellement, contrairement à la transaction elle-même), doive aujourd’hui faire face a des difficultés financières telles que la seule issue soit la liquidation d’actifs tels que sex.com. Preuve – si besoin est – que les noms de domaine sont bien considérés comme des actifs à part entière puisque les huissiers les saisissent pour rembourser les créanciers le cas échéant.

La vente aux enchères se tiendra le 18 mars prochain dans les locaux de Windels Marx Lane & Mittendorf LLP à New York.

Le ticket d’entrée n’est certes pas donné, mais somme toute logique pour un nom de domaine de ce calibre : $1,000,000. Les intéressés sont invités à se présenter sur place avec un chèque certifié de ce montant, garantie sine qua non pour s’asseoir dans la salle d’enchères. Pour peu que ledit chèque soit présenté, la vente est publique.

Ce sera à n’en point douter un des évènements de l’année dans le microcosme des noms de domaine. De là à savoir si le record de $14 millions prétendument établi il y a quelques années peut à nouveau être battu…

La légende est (à nouveau) en marche. Faites vos jeux !

*

*

Creative Commons Licensecrédit photo : Mycael

55.com currently auctioned at Sedo – reserve met – now it’s your chance!

55.comWe at Virtual Network decided to start an auction for our domain 55.com after receiving a 200,000 EUR offer through Sedo (ca. 287,000 USD).

This was not an easy decision to make because we deeply believe that this gem is worth more and are aware that there is a risk that the name actually sells for 200k€. But we think the possible outcome is worth the risk. As domain investors, we are dealing with risk management on a daily basis. Sometimes you win, sometimes you lose but bigger risks usually have bigger rewards, isn’t it?

We also thought the beginning of the year was a good timing to shake up the market with a 6 figure auction/sale.

55.com is not only one of our best NN.com, it probably counts among our most valuable online properties because it is universal. I often write about the language factor when it comes to domain valuation. Although we specialized on French domains over the time because French is our mother tongue and so the language we have the best feeling for, we always aim to bring the best possible linguistic diversity in our domain portfolio. In this sense, numeric domains are probably among the best investments you can make. Numbers are universal, you need  them and use them everywhere and everytime. Numbers are one of the first things children learn at school.

The number 5 has various symbolic applications across the globe, as you can read from Wikipedia. Because 5.com has been locked for registration by Verisign, 55.com is probably the best choice by nature for someone wishing to capitalize on the number 5.

I will stop the introductions here and let the domain finish the job. I guess it doesn’t need me much to find its way to success.

The auction takes place at Sedo and will end on January 12th at10 10:33 PM EST, or maybe a bit later if offers arise in the last minutes. Here’s the full link to the auction page: http://www.sedo.com/auction/detail/55.com/95205_us__

The reserve price has already been met, so the name will be sold in any case. If you want to participate in this auction, please note that you will need to go through the Sedo Premium Certification process! If you need a dedicated contact at Sedo, let me know and I will personnaly provide the best I know.

Thanks in advance to all of you that will spread the word. 55.com can cross any border, so let’s do the market a favour and make the news reach every single corner of the world!

*

*

Image Source : thesunblog.com

Derrière chaque vente de nom de domaine se cache une histoire

Toutes les ventes récentes de noms de domaine sont riches en enseignements, notamment sur la question de l’identité des acheteurs. Certaines indications précieuses peuvent vous donner des pistes de réflexion concrètes, notamment en vue de cessions ou d’acquisitions futures. Vous pouvez par exemple être titulaire de la version au singulier d’un nom au pluriel vendu récemment, et le simple fait de vous en être rendu compte vous permettra peut-être de remonter aisément jusqu’à l’acheteur et d’entrer en discussions avec lui. De même, un domaine (ou un groupe de domaines) vendu récemment peu vous donner des idées d’enregistrement ou de rachats si vous jugez la thématique porteuse.

D’où l’intérêt de surveiller régulièrement le pouls du marché, par exemple en consultant l’excellente liste hebdomadaire compilée par le vénéré Ron Jackson de DnJournal.com. Les ventes les plus simples et les plus intéressantes à analyser sont sans doute les vôtres. Parfois, nul besoin d’attendre la clôture d’une transaction pour savoir qui se cache derrière un mystérieux acquéreur; car justement, tous les acheteurs ne se cachent pas. Certains préfèrent négocier en direct et à visage découvert. Vous vous retrouvez alors un peu comme un enfant qui sait ce qu’il va avoir à Noel : content quand même, mais rassasié niveau curiosité. A contrario, les ventes réalisées via les plateformes spécialisées comme Sedo ou Afternic peuvent donner bien du fil à retordre aux enquêteurs les plus chevronnés. En effet et dans la mesure où ces plateformes fonctionnent sur le sacro-saint principe de l’anonymat, vous ne pouvez en principe pas savoir qui se cache derrière M. l’Acheteur Potentiel (un bon copain de M. Ano Nymous de chez l’AFNIC, à ce qu’il se dit)

Cependant, il existe des moyens simples de lever au moins partiellement le voile sur l’identité des acquéreurs. Ou tout du moins d’essayer, essentiellement sur la base du bon viel adage « ça ne coûte rien de demander ». Vous pouvez donc, via les systèmes de commentaires en ligne souvent intégrés par les plateformes en question, poser quelques questions à l’intéressé concernant son identité et ses intentions. Parfois, ça marche. Mais attention, c’est à double tranchant : en se sentant questionné voire espionné, votre acheteur peut sérieusement se refroidir. Notamment s’il a été mandaté pour racheter votre nom de domaine dans le cadre d’un projet confidentiel sous toutes coutures. Il sera alors typiquement dans une approche « sous-marin » qui n’aura pas pour but premier de contrecarrer votre envie de tout savoir, mais simplement de maintenir un degré de confidentialité maximal. En tant que vendeur, il est important de savoir respecter ce genre de détails si vous ne voulez pas voir certaines ventes vous passer sous le nez par excès de curiosité. Mon conseil : concentrez-vous sur votre prix de vente et faites abstraction des éléments extérieurs !

Une vente est une vente, et croire que l’on tirera nécessairement plus de bénéfices d’une vente à un groupe du CAC40 ou à une multinationale plutôt qu’à une start-up ou une PME est souvent faux. Rappelez-vous que le potentiel d’un nom de domaine de qualité est souvent mieux reconnu par un acteur économique de type « outsider dynamique » que  de type « mastodonte bien établi », qui lui cherchera davantage à capitaliser sur ses acquis. C’est la théorie que je tâcherai de vous démontrer par l’exemple un peu plus loin dans ce billet… n’hésitez pas à aller vous chercher un thé ou à faire une pause pipi dès à présent si l’envie vous en prend : [modestie off] le billet est encore un peu long avant de donner sa pleine mesure [/modestie off]

Lire la suite

Les noms de domaine en .de d’1 et 2 caractères mis sur le marché !

La nouvelle a fait l’effet d’un petit coup de tonnerre dans le microcosme du nommage germanique. Avant-hier, le Denic (registre du .de / équivalent allemand de l’AFNIC) a annoncé dans un communiqué de presse qu’il serait désormais possible d’enregistrer des noms de domaine en .de composés d’1 et de 2 caractères, ainsi que de chiffres. Ce type de noms de domaine était jusque là gelé par le registre allemand.

Ce mini-landrush aura lieu le 23 octobre 2009 à 9 heures précises et c’est la (bonne vieille) règle du premier arrivé, premier servi qui s’appliquera.

Il est intéressant de noter que le registre allemand n’a pas opté pour la méthode la plus en vogue ces derniers temps, à savoir celle d’une mise aux enchères. On ne pourra donc pas accuser le Denic de privilégier l’aspect mercantile. Les premiers servis ne seront donc pas les plus offrants, mais bien les plus rapides. La lutte technique et stratégique risque donc d’être belle. Les moyens visant à augmenter les chances d’obtenir son sésame sont divers et variés. Parmi eux, passer commande auprès d’un grand nombre de registrars – si possible en alternant les gros et les plus petits – pour espérer faire mouche chez Pierre si Paul n’est pas assez prompt.

Mais nous ne sommes plus en 1995 : aujourd’hui, les enjeux sont tels que même les registrars eux-mêmes participent parfois aux landrush (avec l’avancée technologique et administrative qui est la leur) pour alimenter leurs portefeuilles privés. De là à qualifier la manœuvre de délit d’initié…

Sedo va encore plus loin en se positionnant comme intermédiaire dans cette mini-ruée vers l’or. Le leader mondial de l’achat-vente de noms de domaine, d’origine allemande, ne pouvait pas laisser passer cette occasion rêvée de faire du buzz.

Lire la suite

Le nom de domaine celibataire.com aux enchères sur Sedo

Le nom de domaine celibataire.com est aux enchères sur Sedo jusqu’à dimanche.

Celibataire.com, c’est :

  • l’un des tous meilleurs termes descriptifs en français sur la thématique « rencontres »;
  • un prix de réserve des plus raisonnables pour un nom de domaine premium;
  • un fort potentiel de branding grâce au côté accrocheur et sans équivoque du nom;
  • un rayonnement qui va bien au-delà des frontières françaises, et s’étend à la francophonie entière;
  • un terme associé à l‘extension-reine, le .COM. Un gage de qualité, de sérieux et de durabilité;
  • un nom initialement déposé en 1997 et qui a fêté ses 12 ans le 14 juillet dernier. Comme une bonne bouteille conservée à la cave et qui attend sagement la meilleure occasion d’être débouchée;
  • près de 500 visiteurs ciblés par mois et des taux de conversion déjà conséquents sans efforts de développement particuliers. Des visiteurs qui saisissent naturellement « celibataire.com » dans leur navigateur et qui sont donc dans une démarche de recherche avancée, voire de pré-consommation. Soit autant de visiteurs pré-convertis pour l’acquéreur;
  • une occasion unique : dimanche à 20h40 (voire un peu plus tard si prolongations dues à de probables offres de dernière minute), le nom de domaine aura trouvé preneur et ne sera vraisemblablement plus jamais remis sur le marché car développé par un utilisateur final

birds flying highA la manière d’un emplacement de premier choix sur une prestigieuse avenue commerçante, le nom de domaine celibataire.com offrira pignon sur rue à tout acteur souhaitant s’implanter ou consolider sa position sur le marché porteur des rencontres. Un choix stratégique judicieux pour un spécialiste des rencontres en ligne, mais aussi un formidable relais de croissance pour une agence matrimoniale ambitieuse.

Le célibat, l’amour et les rencontres sont autant de thèmes universels qui concernent toutes les couches de population et les tranches d’âges dès l’adolescence. La thématique n’est donc pas sujette à des effets de mode. Si les agences matrimoniales trustaient logiquement la plus grande part du marché des rencontres avant l’avènement et la démocratisation d’Internet, la donne a  radicalement changé ces dernières années. L’évolution des technologies – mais aussi et surtout des mentalités – a fait du Web le terrain de rencontre privilégié des célibataires. Pour augmenter leurs chances de rencontrer l’âme sœur, les célibataires n’hésitent pas à mettre la main au portefeuille. D’autant plus qu’avec la pléthore de sites et d’abonnés, il devient de plus en plus difficile de trouver la perle rare. Les services premium payants sont donc pour eux un excellent moyen d’affiner leur recherche et de n’être mis en relation qu’avec des personnes dont les profils correspondent à leurs critères de sélection, et donc à leurs affinités. Si les sites de rencontres sur Internet ont indiscutablement le vent en poupe, on peut penser que les agences matrimoniales traditionnelles ne sont pas enterrées pour autant. Avant tout car elles proposent un réel service d’accompagnement  personnalisé dans la démarche de recherche de l’âme sœur, contrairement aux sites de rencontres en ligne où l’on peut avoir l’impression d’être livré à soi-même. De la capacité de ces agences à s’adapter à cette nouvelle donne en utilisant Internet comme levier de croissance peut dépendre leur survie.

Dans cet environnement ultra-dynamique et concurrentiel,  il est vital pour tous les acteurs d’utiliser et de maîtriser l’intégralité du spectre des outils de communication sur Internet – dont le nom de domaine, pilier de toute communication online. A ce niveau, une erreur de casting peut coûter cher et des dizaines de nouveaux sites se noient dans la masse pour avoir négligé le choix de leur « cyberenseigne ». Parallèlement, d’autres savent se démarquer en choisissant des noms de domaines forts et accrocheurs à titre d’enseigne principale ou pour des sites satellites.

Pour les uns comme pour les autres, celibataire.com est un formidable actif qui, associé à une utilisation judicieuse, leur permettra de toucher leur cible au plus juste. Le tout pour un investissement marketing modéré puisqu’un tel nom saura, grâce à l’harmonieuse combinaison de sa généricité et de sa consonance positive, passer rapidement et durablement dans les mentalités jusqu’à devenir une référence du secteur.

Si vous souhaitez davantage de renseignements sur ce nom de domaine, n’hésitez pas à me contacter ! Si vous avez des questions sur le processus d’enchères, vous pouvez très volontiers vous adresser à Sedo.

Bonne chance à tous les participants !

« Faire des rencontres sur Internet n’est plus un tabou aujourd’hui, c’est un moyen simple et naturel d’ouvrir son cercle de connaissances » Marc Simoncini, PDG de Meetic (source : Meetic.fr)

*

*

Source image

Enchères Premium Sedo / mai 2009 : résultats

Les traditionnelles enchères Premium mensuelles Sedo se sont achevées hier soir après une semaine d’activité. L’occasion de revenir sur les résultats et de vous livrer quelques brèves analyses.

Comme les noms francophones étaient à la fête en termes de taux de représentation avec près d’un tiers de l’inventaire global, je vous propose une étude en deux volets avec un coup d’oeil aux statistiques globales dans un premier temps, puis aux statistiques francophones dans un second.

Côté tendance générale, voici ce qu’on peut retenir de cette série d’enchères :

  • avec un taux de réussite de 48% (75 domaines vendus pour 156 affichés), on peut parler d’un relatif succès en termes de liquidation des stocks
  • le volume total frise les 200 000 EUR. C’est correct. Ça l’est un peu moins lorsqu’on sait que la moitié de ce montant repose sur un seul nom
  • ce nom, c’est le joli 80.com (99 000 USD)
  • derrière, seuls 2 domaines dépassent les 20 000 dollars (cd.net / 24 500 USD et 434.com / 20 525 USD)
  • pour le reste, seul shirt.net parvient à passer la barre de 10 000 dollars (18 500 USD)
  • vu de haut, on note que 60% des noms vendus l’ont été dans le segment €€€/$$$

Voilà pour les faits, résumés dans le tableau ci-après :

Lire la suite

Devoirs.fr, premier de la classe ?

Alors que la polémique des dernières semaines autour de site FaisMesDevoirs.com a connu un ultime revirement hier, la surprise pourrait bien venir de là où on ne l’attend pas… du second marché des noms de domaine !

Des enchères viennent en effet de démarrer sur Sedo pour l’excellent nom de domaine générique devoirs.fr, qui par sa qualité surclasse ses petits cousins qui ont tenu le devant de la scène jusque là. En plus, son prix de réserve (déjà atteint) est tout à fait abordable : 1 500 EUR. A bien y réfléchir, c’est moins que le coût de revient d’une bonne campagne de presse !

Alors, qui pour se positionner sur l’affaire cette fois-ci ? Les concepteurs frustrés de FaisMesDevoirs.com ? Les parodieurs inspirés de JeFaisMesDevoirs.com ? Un dernier luron ? Le gouvernement lui même, pour laver les affronts précédents ?

Les paris sont ouverts. Faute de faire vos devoirs, faites vos jeux ^^

Les enchères en cours sur le nom de domaine devoirs.fr sont consultables au lien suivant : http://www.sedo.fr/auction/detail/devoirs.fr/51247_fr__