Navigation directe

Qu’est-ce que la navigation directe ?

La navigation directe, également appelée type-in (prononcé à l’anglaise), consiste en l’utilisation par un internaute de la barre d’adresse de son navigateur pour atteindre (ou espérer atteindre) un site web connu ou inconnu, et ce via la saisie spontanée d’un nom de domaine dans le champ en question.

Quelques exemples

Ainsi, l’utilisateur à la recherche de recettes de cuisine pourra par exemple saisir dans la barre d’URL de son browser les noms de domaine génériques suivants :

  • recettes.com
  • recettesdecuisine.com
  • recettes-de-cuisine.fr
  • recettecuisine.fr

et ce dans l’espoir d’être redirigé vers un site aléatoire proposant des recettes de cuisine. En somme, comme s’il avait entré recettes de cuisine sur un moteur de recherche lambda, à la nuance près que la navigation directe lui garantit de ne se voir présenter qu’un seul site (correspondant à l’URL saisie) et non plusieurs résultats de recherche dont l’ordre est déterminé par les algorithmes du moteur lui-même choisi parmi d’autres. Il y a donc une volonté de la part de l’internaute adepte de la navigation directe de s’affranchir de la quantité et de la subjectivité des résultats de recherche des moteurs mais aussi, d’un point de vue personnel, du besoin de faire un choix parmi les sites présentés. C’est donc un mode de navigation qui privilégie à la fois la rapidité et la simplicité.

Alternativement, l’internaute saisira instinctivement le nom de domaine d’un site qui lui est connu sur la thématique de son choix (gardons l’exemple des recettes de cuisine) :

  • marmiton.org
  • cuisineaz.com
  • supertoinette.com
  • 750g.com

et ce cette fois-ci dans l’intention d’arriver directement sur le site de son choix, sans passer par un moteur de recherche dont l’utilité est encore plus superflue dans ce cas, puisque l’internaute sait pertinemment qu’entrer supertoinette sur Google ou autre fera ressortir en première position le site supertoinette.com, a fortiori sur une requête aussi spécifique. Ou pire, si le site en question n’apparaissait que plus bas dans les résultats et s’il devait perdre de précieuses secondes à l’y rechercher alors qu’il en connait l’adresse et peut donc la saisir directement dans son navigateur.

Bien entendu, il existe un troisième cas de figure, mariage du premier et du second abordés plus haut, en l’occurrence celui où l’internaute va saisir un nom de domaine générique via navigation directe tout en sachant pertinemment vers quel site il sera  redirigé (précisément le site d’un utilisateur final qu’il a déjà visité ou dont il a tout au moins déjà entendu parler) :

  • linge.com (redirige vers Becquet.fr)
  • assurance.fr (redirige vers assurance.bnpparisbas.com)
  • stockoptions.fr (redirige vers un site de la Société Générale dédié aux stock options)
  • societe.com
  • psychologies.com

Avec ou sans www. ?

Généralement, les adeptes de la navigation directe ne s’encombrent pas du « www. » devant leur « requête-domaine », et encore moins du « http://(www.) ». D’où l’intérêt pour les éditeurs de sites de rediriger le cas échéant la version sans « www » de leur nom de domaine vers la version avec « www ».

Saisie de noms de domaine VS saisie de mots-clés

De rares inconditionnels de la navigation directe vont même jusqu’à utiliser la barre d’adresse de leur navigateur comme moteur de recherche à part entière, et n’y saisissent qu’un terme de recherche en lieu d’un nom de domaine (ex : recette). Chaque navigateur réagit alors différemment, certains se contentant d’interpréter la requête comme la racine d’un nom de domaine et de compléter celle-ci par « .com », d’autres transcrivant simplement la requête sur Google.com.

Volumes et taux de conversion de la navigation directe

La navigation directe est réputée pour ses excellents taux de transformation. En effet, il est admis qu’un internaute saisissant instinctivement « recettes.com » dans son navigateur ne peut rechercher autre chose que des recettes (de cuisine), et se trouve dans une démarche de « pré-consommation » avancée. C’est l’une des raisons pour lesquels les noms de domaine génériques sont les plus prisés : il y a différentes manières de traiter de recettes de cuisine, et différents sites qui en traitent… mais il n’y a par définition qu’un seul recettes.com. Détenir le nom de domaine le plus générique, mais aussi le plus évocateur et le plus représentatif d’une thématique donnée est la garantie de capter du trafic par navigation directe.

Bien entendu, tous les noms de domaine génériques ne sont pas propres à générer du type-in, en tous cas pas dans des proportions significatives. La quantité de trafic naturel capté dépendra notamment, outre de la généricité du terme, de la thématique et de la langue du nom de domaine en question.

Et maintenant ?

D’autres articles en rapport avec la navigation directe

Retour au glossaire de Blogodomaines

Vous souhaitez compléter ou améliorer cet article ? Laissez un commentaire plus bas ou contactez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *