Sex.com en route vers un nouveau record ?

ThreesomeLa nouvelle aurait presque passé sous silence la récente vente de poker.org pour un million de dollars. Dans un peu moins d’un mois, une légende des noms de domaine va remonter sur scène. Pour la énième fois dira-t-on, après moultes aventures rocambolesques parmi lesquelles des changements de mains multiples, des vols, des procès à rallonge et même un livre. Aucun doute, ce nom de domaine est une histoire à lui tout seul. Mais pourrait-il en être autrement pour LE nom de domaine générique non-développé (il redirige actuellement vers une page parking) qui selon moi reçoit le plus de type-in sur la planète et symbolise à lui seul l’une des industries les plus anciennes, les plus innovantes et les plus performantes sur le Web ?

Cette fois-ci, c’est dans le cadre d’une vente aux enchères sur saisie que sex.com sera remis en jeu. En effet, il semblerait que la société ESCOM LLC, qui avait aurait racheté ce nom de domaine en janvier 2006 pour 14 millions de dollars (un montant qui n’a jamais été confirmé officiellement, contrairement à la transaction elle-même), doive aujourd’hui faire face a des difficultés financières telles que la seule issue soit la liquidation d’actifs tels que sex.com. Preuve – si besoin est – que les noms de domaine sont bien considérés comme des actifs à part entière puisque les huissiers les saisissent pour rembourser les créanciers le cas échéant.

La vente aux enchères se tiendra le 18 mars prochain dans les locaux de Windels Marx Lane & Mittendorf LLP à New York.

Le ticket d’entrée n’est certes pas donné, mais somme toute logique pour un nom de domaine de ce calibre : $1,000,000. Les intéressés sont invités à se présenter sur place avec un chèque certifié de ce montant, garantie sine qua non pour s’asseoir dans la salle d’enchères. Pour peu que ledit chèque soit présenté, la vente est publique.

Ce sera à n’en point douter un des évènements de l’année dans le microcosme des noms de domaine. De là à savoir si le record de $14 millions prétendument établi il y a quelques années peut à nouveau être battu…

La légende est (à nouveau) en marche. Faites vos jeux !

*

*

Creative Commons Licensecrédit photo : Mycael

55.com currently auctioned at Sedo – reserve met – now it’s your chance!

55.comWe at Virtual Network decided to start an auction for our domain 55.com after receiving a 200,000 EUR offer through Sedo (ca. 287,000 USD).

This was not an easy decision to make because we deeply believe that this gem is worth more and are aware that there is a risk that the name actually sells for 200k€. But we think the possible outcome is worth the risk. As domain investors, we are dealing with risk management on a daily basis. Sometimes you win, sometimes you lose but bigger risks usually have bigger rewards, isn’t it?

We also thought the beginning of the year was a good timing to shake up the market with a 6 figure auction/sale.

55.com is not only one of our best NN.com, it probably counts among our most valuable online properties because it is universal. I often write about the language factor when it comes to domain valuation. Although we specialized on French domains over the time because French is our mother tongue and so the language we have the best feeling for, we always aim to bring the best possible linguistic diversity in our domain portfolio. In this sense, numeric domains are probably among the best investments you can make. Numbers are universal, you need  them and use them everywhere and everytime. Numbers are one of the first things children learn at school.

The number 5 has various symbolic applications across the globe, as you can read from Wikipedia. Because 5.com has been locked for registration by Verisign, 55.com is probably the best choice by nature for someone wishing to capitalize on the number 5.

I will stop the introductions here and let the domain finish the job. I guess it doesn’t need me much to find its way to success.

The auction takes place at Sedo and will end on January 12th at10 10:33 PM EST, or maybe a bit later if offers arise in the last minutes. Here’s the full link to the auction page: http://www.sedo.com/auction/detail/55.com/95205_us__

The reserve price has already been met, so the name will be sold in any case. If you want to participate in this auction, please note that you will need to go through the Sedo Premium Certification process! If you need a dedicated contact at Sedo, let me know and I will personnaly provide the best I know.

Thanks in advance to all of you that will spread the word. 55.com can cross any border, so let’s do the market a favour and make the news reach every single corner of the world!

*

*

Image Source : thesunblog.com

Les noms de domaine en .de d’1 et 2 caractères mis sur le marché !

La nouvelle a fait l’effet d’un petit coup de tonnerre dans le microcosme du nommage germanique. Avant-hier, le Denic (registre du .de / équivalent allemand de l’AFNIC) a annoncé dans un communiqué de presse qu’il serait désormais possible d’enregistrer des noms de domaine en .de composés d’1 et de 2 caractères, ainsi que de chiffres. Ce type de noms de domaine était jusque là gelé par le registre allemand.

Ce mini-landrush aura lieu le 23 octobre 2009 à 9 heures précises et c’est la (bonne vieille) règle du premier arrivé, premier servi qui s’appliquera.

Il est intéressant de noter que le registre allemand n’a pas opté pour la méthode la plus en vogue ces derniers temps, à savoir celle d’une mise aux enchères. On ne pourra donc pas accuser le Denic de privilégier l’aspect mercantile. Les premiers servis ne seront donc pas les plus offrants, mais bien les plus rapides. La lutte technique et stratégique risque donc d’être belle. Les moyens visant à augmenter les chances d’obtenir son sésame sont divers et variés. Parmi eux, passer commande auprès d’un grand nombre de registrars – si possible en alternant les gros et les plus petits – pour espérer faire mouche chez Pierre si Paul n’est pas assez prompt.

Mais nous ne sommes plus en 1995 : aujourd’hui, les enjeux sont tels que même les registrars eux-mêmes participent parfois aux landrush (avec l’avancée technologique et administrative qui est la leur) pour alimenter leurs portefeuilles privés. De là à qualifier la manœuvre de délit d’initié…

Sedo va encore plus loin en se positionnant comme intermédiaire dans cette mini-ruée vers l’or. Le leader mondial de l’achat-vente de noms de domaine, d’origine allemande, ne pouvait pas laisser passer cette occasion rêvée de faire du buzz.

Lire la suite

Le nom de domaine celibataire.com aux enchères sur Sedo

Le nom de domaine celibataire.com est aux enchères sur Sedo jusqu’à dimanche.

Celibataire.com, c’est :

  • l’un des tous meilleurs termes descriptifs en français sur la thématique « rencontres »;
  • un prix de réserve des plus raisonnables pour un nom de domaine premium;
  • un fort potentiel de branding grâce au côté accrocheur et sans équivoque du nom;
  • un rayonnement qui va bien au-delà des frontières françaises, et s’étend à la francophonie entière;
  • un terme associé à l‘extension-reine, le .COM. Un gage de qualité, de sérieux et de durabilité;
  • un nom initialement déposé en 1997 et qui a fêté ses 12 ans le 14 juillet dernier. Comme une bonne bouteille conservée à la cave et qui attend sagement la meilleure occasion d’être débouchée;
  • près de 500 visiteurs ciblés par mois et des taux de conversion déjà conséquents sans efforts de développement particuliers. Des visiteurs qui saisissent naturellement « celibataire.com » dans leur navigateur et qui sont donc dans une démarche de recherche avancée, voire de pré-consommation. Soit autant de visiteurs pré-convertis pour l’acquéreur;
  • une occasion unique : dimanche à 20h40 (voire un peu plus tard si prolongations dues à de probables offres de dernière minute), le nom de domaine aura trouvé preneur et ne sera vraisemblablement plus jamais remis sur le marché car développé par un utilisateur final

birds flying highA la manière d’un emplacement de premier choix sur une prestigieuse avenue commerçante, le nom de domaine celibataire.com offrira pignon sur rue à tout acteur souhaitant s’implanter ou consolider sa position sur le marché porteur des rencontres. Un choix stratégique judicieux pour un spécialiste des rencontres en ligne, mais aussi un formidable relais de croissance pour une agence matrimoniale ambitieuse.

Le célibat, l’amour et les rencontres sont autant de thèmes universels qui concernent toutes les couches de population et les tranches d’âges dès l’adolescence. La thématique n’est donc pas sujette à des effets de mode. Si les agences matrimoniales trustaient logiquement la plus grande part du marché des rencontres avant l’avènement et la démocratisation d’Internet, la donne a  radicalement changé ces dernières années. L’évolution des technologies – mais aussi et surtout des mentalités – a fait du Web le terrain de rencontre privilégié des célibataires. Pour augmenter leurs chances de rencontrer l’âme sœur, les célibataires n’hésitent pas à mettre la main au portefeuille. D’autant plus qu’avec la pléthore de sites et d’abonnés, il devient de plus en plus difficile de trouver la perle rare. Les services premium payants sont donc pour eux un excellent moyen d’affiner leur recherche et de n’être mis en relation qu’avec des personnes dont les profils correspondent à leurs critères de sélection, et donc à leurs affinités. Si les sites de rencontres sur Internet ont indiscutablement le vent en poupe, on peut penser que les agences matrimoniales traditionnelles ne sont pas enterrées pour autant. Avant tout car elles proposent un réel service d’accompagnement  personnalisé dans la démarche de recherche de l’âme sœur, contrairement aux sites de rencontres en ligne où l’on peut avoir l’impression d’être livré à soi-même. De la capacité de ces agences à s’adapter à cette nouvelle donne en utilisant Internet comme levier de croissance peut dépendre leur survie.

Dans cet environnement ultra-dynamique et concurrentiel,  il est vital pour tous les acteurs d’utiliser et de maîtriser l’intégralité du spectre des outils de communication sur Internet – dont le nom de domaine, pilier de toute communication online. A ce niveau, une erreur de casting peut coûter cher et des dizaines de nouveaux sites se noient dans la masse pour avoir négligé le choix de leur « cyberenseigne ». Parallèlement, d’autres savent se démarquer en choisissant des noms de domaines forts et accrocheurs à titre d’enseigne principale ou pour des sites satellites.

Pour les uns comme pour les autres, celibataire.com est un formidable actif qui, associé à une utilisation judicieuse, leur permettra de toucher leur cible au plus juste. Le tout pour un investissement marketing modéré puisqu’un tel nom saura, grâce à l’harmonieuse combinaison de sa généricité et de sa consonance positive, passer rapidement et durablement dans les mentalités jusqu’à devenir une référence du secteur.

Si vous souhaitez davantage de renseignements sur ce nom de domaine, n’hésitez pas à me contacter ! Si vous avez des questions sur le processus d’enchères, vous pouvez très volontiers vous adresser à Sedo.

Bonne chance à tous les participants !

« Faire des rencontres sur Internet n’est plus un tabou aujourd’hui, c’est un moyen simple et naturel d’ouvrir son cercle de connaissances » Marc Simoncini, PDG de Meetic (source : Meetic.fr)

*

*

Source image

Enchères Premium Sedo / mai 2009 : résultats

Les traditionnelles enchères Premium mensuelles Sedo se sont achevées hier soir après une semaine d’activité. L’occasion de revenir sur les résultats et de vous livrer quelques brèves analyses.

Comme les noms francophones étaient à la fête en termes de taux de représentation avec près d’un tiers de l’inventaire global, je vous propose une étude en deux volets avec un coup d’oeil aux statistiques globales dans un premier temps, puis aux statistiques francophones dans un second.

Côté tendance générale, voici ce qu’on peut retenir de cette série d’enchères :

  • avec un taux de réussite de 48% (75 domaines vendus pour 156 affichés), on peut parler d’un relatif succès en termes de liquidation des stocks
  • le volume total frise les 200 000 EUR. C’est correct. Ça l’est un peu moins lorsqu’on sait que la moitié de ce montant repose sur un seul nom
  • ce nom, c’est le joli 80.com (99 000 USD)
  • derrière, seuls 2 domaines dépassent les 20 000 dollars (cd.net / 24 500 USD et 434.com / 20 525 USD)
  • pour le reste, seul shirt.net parvient à passer la barre de 10 000 dollars (18 500 USD)
  • vu de haut, on note que 60% des noms vendus l’ont été dans le segment €€€/$$$

Voilà pour les faits, résumés dans le tableau ci-après :

Lire la suite

Toys.com vendu 5,1 millions de dollars

Rover - DSC_5379Au terme d’enchères aux allures de saga, le nom de domaine toys.com (« jouets » en français) a été racheté hier par Toys’R’Us pour 5,1 millions de dollars US. C’est ce qu’a rapporté le site d’informations spécialisé sur les noms de domaine DomainNameWire, se basant sur une retransmission en live blogging sur DirectNavigation.com.

Aux coudes à coudes avec National A-1 Advertising, le géant mondial des jouets s’est imposé au finish après plus de 3 heures de lutte intense.

Un prix final exceptionnel donc, qui placerait la transaction dans le Top 3 des meilleures ventes publiques de tous les temps derrière Business.com (7,5 millions USD / novembre 1999) et casino.com (5,5 millions USD / octobre 2003).

Mais au delà du prix atteint, c’est l’histoire des enchères qui retient mon attention. Une histoire compliquée qu’il vaut mieux décortiquer point par point. Je me permets à cet effet de vous proposer une simple traduction libre de l’article original de DomainNameWire :

  • 5 février 2009 : DomainNameWire rapporte la tenue d’enchères privées pour des noms de domaine de la société en liquidation « The Parent Company », propriétaire de eToys.com;
  • 6 février 2009 : se basant sur des sources multiples, DomainNameWire indique que l’acheteur de eToys.com est la société Toys’R’Us, agissant sous le nom de « Eagle LLC » lors de la séance d’enchères.
  • 6 février 2009 : dans le même temps, DomainNameWire apprend qu’au moins une société n’ayant pu prendre part aux enchères initiales car il en ignorait l’existence a signalé son intention de remettre en cause l’accord conclu;
  • 12 février 2009 : après avoir été officiellement désigné comme vainqueur de l’enchère, Toys’R’Us annonce son acquisition de eToys.com;
  • 18 février 2009 : DomainNameWire apprend que toys.com sera remis aux enchères et que le précédent vainqueur du nom de domaine, Faculty Lounge Partners, sera désigné comme le lièvre (j’ai pris la liberté de traduire par « lièvre » le terme anglais de Stalking-Horse Bidder, pardon aux puristes qui pourraient connaître la traduction exacte si elle diffère de la mienne : je la reprendrai alors volontiers dans mon billet)
  • 26 février 2009 : l’ensemble des nouveaux enchérisseurs inscrits complètent les documents légaux nécessaire à la participation au deuxième round. Parmi eux, Toys’R’Us, National A-1 Advertising et… Frank Shilling, investisseur renommé en noms de domaine
  • 27 février 2009 : toys.com vendu 5,1 millions de dollars US

A noter que le tribunal adminsitratif doit encore entériner la vente dans les heures à venir. Si c’était le cas, le nom de domaine trouverait l’un des meilleurs toîts possibles pour sans doute ne plus jamais le quitter… à moins que Toys’R’Us se retrouve un jour en liquidation.

Il sera également intéressant d’observer l’utilisation que va faire le leader mondial de sa nouvelle pépite. Si un rebranding est à mes yeux peu probable car il entraînerait des coûts monumentaux lorsqu’on sait que l’enseigne compte plusieurs dizaines de magasins rien qu’en France, il n’est pas non plus à exclure. Car reconnaissons que le nom d’enseigne Toys’R’us n’est pas des plus intuitifs et ne fait pas rêver. Quitte à inclure le terme « Toys » dans sa dénomination à l’international, autant se renommer  tout bonnement Toys, voire Toys.com si vous voulez miser sur un développement ambitieux de votre activité online.

Creative Commons License Crédit photo : Dylan Parker

Soirée belge

Menu BelgeCe soir était programmée la fin des enchères sur les « géodomaines » bruxelles.com et belgique.com. Avec des mises maximum de quelques milliers d’euros à 2 heures du gong final, je m’étais bien dit qu’on n’allait pas s’ennuyer. Je m’étais donc confortablement installé dans le canapé, avais ouvert une bonne Leffe, sorti les pop-corn (faute de frites) et laissé les investisseurs s’expliquer.

Résultat : pour des enchères sensées finir à 10h du soir, je suis encore debout à minuit.

Si la règle veut qu’on n’annonce pas de ventes officielles avant l’issue complète du processus transactionnel qui suit l’accord (essentiellement le transfert des fonds et du nom de domaine), rien de secret puisqu’il s’agissait d’enchères publiques : belgique.com s’est donc vendu pour 25.000 EUR ce jeudi 12 février à 22h56 précises. Son petit frère bruxelles.com lui a presque volé la vedette, terminant à 28.500 EUR 8 minutes plus tard.

La lutte fut donc longue, belle… et multiculturelle. Se sont succédés à la barre des Européens, des Asiatiques et des Américains. Ces derniers semblaient avoir mis suffisamment de poids dans la balance pour rafler la mise mais, faute de rester dans l’espace francophone, ces deux joyaux devraient au moins rester sur le Vieux Continent (sous réserve de transfert par les acheteurs à une société offshore, bien entendu)

Rappelons que les « géodomaines » (terminologie employée pour les noms de domaine correspondant à des termes géographiques – notamment des villes et pays, donc) sont parmi les plus prisés au monde car ils offrent souvent des possibilités de développement fort intéressantes. Imaginez-vous titulaire de la paire belgique.com et bruxelles.com… ces deux noms-là vous déroulent le tapis rouge pour une présence en ligne de premier plan au pays des gauffres (j’en salive :p)

Félicitations aux acheteurs, mais également au(x) vendeur(s), qui a (ont) su prendre un beau risque en démarrant les enchères suite à deux offres successives de 60 EUR le 6 février. Il(s) vend(ent) au final ses (leurs) joyaux à une valeur légèrement supérieure au cours du marché actuel, à mes yeux. Mais les acheteurs ne font pas une mauvaise pioche non plus en mettant la main à prix raisonnable sur des actifs à fort potentiel.

Source : enchères Sedo

Creative Commons Licensecrédit photo : Phillie Casablanca

Enchères DomainVermarkterForum (Berlin)

Première étape d’un marathon automnal de manifestations en rapport plus ou moins direct avec le second marché des noms de domaine, la conférence DomainVermarkterForum a tenu séance les jeudi et vendredi 4 et 5 septembre à Berlin.

Ce rassemblement annuel est sans doute l’un des plus importants de son genre en Europe, pas tant par sa rayonnance internationale que parce qu’il a lieu dans le berceau du domaining sur le Vieux Continent : l’Allemagne. Loin du bling bling américain, le DVF propose une ambiance à la fois professionnelle, productive et bon enfant.

Et cette année encore, Christoph Grüneberg et son équipe avaient mis le paquet pour proposer un programme de choix : Affiliate Marketing, futur du parking, libéralisation des TLDs et évolution de la législation en matière de noms de domaine étaient notamment au menu.

Mais le clou de cette manifestation était sans doute les enchères live organisées en partenariat avec Sedo pour la seconde année consécutive. Animées par Klaus Graeber et dédiées aux noms de domaine germanophones, elles sont réputées parmi les plus prestigieuses d’Europe.

Une fois n’est pas coutume, Sedo proposait cette année une approche originale avec un système de candidature en ligne couplé à une interface de vote par les domaineurs. Le but : rassembler une centaine de noms de domaine étiquetés premium par les insiders pour mettre l’accent sur la demande autant que sur l’offre.

Avec à la clé un coup plutôt réussi puisque plus de 70 noms de domaine ont été vendus pour un volume de transactions supérieur à 350 000 EUR. Parmi les 120 personnes de l’assemblée triées sur le tas, une quarantaine a participé activement aux débats. Sedo avait également mis en place pour l’occasion un système de chat en direct pour donner la possibilité à ceux qui n’avaient pu se déplacer de soumettre leurs offres en ligne.

Après une édition 2007 qui avait vu la consécration surprise de 3 IDN dans le top 5 des ventes :

  • ärzte.de (médecins) => 56 000 EUR
  • reisebüro.de et reise-büro.de (agence de voyage) => 51 000 EUR
  • hawaii.de => 22 000 EUR
  • weiber.de (une variante du mot « femmes ») => 19 000 EUR

2008 a notamment consacré la triplette suchmachinenoptimierung.de (SEO), männer.de (hommes) et strom.info (courant/electricité).

La liste complète des résultats est disponible au lien suivant.

Et pour faire durer le plaisir, les noms qui n’ont pas été retenus lors de la phase de présélection par vote sont depuis hier soir 20h et pour 7 jours mis en jeu dans le cadre d’une Last Call Auction sur le site sedo.de

Parmi eux, le prestigieux trio website.de (sites web), monitore.de (moniteurs/écrans) et konsolen.de (consoles) tient pour l’instant la corde. Atteindra-t-on la barre des 500 000 EUR de volume de ventes ? Mal sehen ;o)

Enchères Premium Sedo / Juillet 2008 : les résultats

L’heure est venue de se pencher sur les désormais traditionnels résultats des enchères Premium Sedo du mois !

Le bilan en un coup d’œil :

  • taux de réussite : 37% => +2 points par rapport à juin
  • volume des ventes : 443.440 EUR => +120% par rapport à juin
  • répartition gTLD / ccTLD parmi les ventes : 92% / 8% => à peu près égal à juin
  • part du .com : 50% des ventes / 56% des ventes de gTLDs => à peu près égal à juin
  • part du .net : 23% des ventes / 25% des ventes de gTLDs
  • part du .org : 8% des ventes / 8% des ventes de gTLDs
  • part du .info : 5% des ventes / 6% des ventes de gTLD
  • 13% des domaines n’ont pas reçu d’offre => -2 points par rapport à juin

Tournez la page pour les résultats détaillés !

Lire la suite