Offre d’emploi

Chez Norauto, c’est le département juridique qui gère le portefeuille de noms de domaine. Comment je le sais ? Je suis tombé par hasard (oui, par hasard) sur cette offre d’emploi.

Si ça vous intéresse, foncez ! Il n’y a manifestement pas besoin d’avoir de connaissances en noms de domaine pour prétendre au poste. Dommage car sans cela, j’aurais presque été tenté. D’un côté, j’aurai la conscience plus tranquille quand j’emmènerai mon PC à réparer chez le boucher demain matin.

2009 sera…

the bowlCreative Commons License photo credit : pyero

Ça y est, les vacances touchent à leur fin. Et l’année aussi. Comme ce radin de Père Noël n’a pas voulu me prêter son traîneau pour rentrer chez moi, c’est en avion que je rallierai Cologne dès ce soir au terme d’une appréciable semaine de repos dans mon Forez natal.

Les fins d’année sont connues pour être toujours propices aux rétrospectives, résolutions et réflexions en tous genres (euh, je viens de faire une allitération là ???). Ayant déjà laissé trop de plumes dans certains regards vers l’arrière, je vous propose aujourd’hui un exercice de projection dans le futur.

Rassurez-vous, je n’ai nullement l’intention de dresser la liste de mes résolutions pour l’année à venir. Quand bien même j’aurais déjà réfléchi moi-même à ce que je compte m’imposer (par la force s’il le faut) en 2009, vous vous ennuieriez à mourir. Et puis les résolutions qu’on ne prend pas sont autant de résolutions qu’on ne risque pas de ne pas tenir (vieux proverbe Grolandais aux vertus embrouillantes).

Le but de la manœuvre du jour est simplement de sortir ma blogoboule de cristal laissée au placard la plus grande partie de l’année pour jouer les Madame Soleil des noms de domaine pour 2009. Prenez place, fermez la porte derrière vous, assurez-vous qu’aucun enfant n’écoute, sentez-vous libre de laisser un pourboire avant même d’entendre ma prophétie et n’hésitez pas à me rouer de coups en commentaires une fois mes inepties intégralement déblatérées.

Lire la suite

Joyeux Domaines !

See you after X-mas !Creative Commons License photo credit: pfala

Pour une fois, il ne sera pas question de noms de domaine dans ce billet. J’ai bien tenté une incursion dans le titre, mais je m’en limiterai finalement à ce bien piètre jeux de mots.

En cette veille de jour de Noël, je voulais simplement souhaiter à tous les fidèles lecteurs de BlogoDomaines de joyeuses fêtes de fin d’année. Je crois savoir que la plupart d’entre vous a été sage cette année et ne me fais donc guère de souci quant au généreux passage du Père Noël dans vos foyers. Pour les autres (qui se reconnaîtront et dont je fais partie), je suis certain que l’homme à la barbe blanche ne vous oubliera pas pour autant et fera un petit crochet chez vous en fin de tournée.

Ayons une pensée particulière pour tous ceux qui ne peuvent passer Noël avec leurs proches et tous les oubliés du Père Noël.

Noël est une occasion privilégiée pour donner du bonheur sous toutes ses formes. Alors semez, distribuez, partagez, pardonnez, retrouvez, rigolez, embrassez… bref, aimez !

Et pour une fois dans l’année, oubliez un peu les noms de domaine !

Augmentation record de 270 pour cent pour les 10 plus belles ventes de noms de domaine en .fr de l’année

++++++++++ COMMUNIQUE DE PRESSE ++++++++++

Cologne, le 11/12/08 – les 10 plus belles ventes de noms de domaine en .fr en 2008 sur la plate-forme spécialisée Sedo ont totalisé un volume transactionnel de 315.000 euros. Ce chiffre représente une progression de plus de 270 pour cent par rapport à l’année précédente (environ 85.000 euros) pour la catégorie « Top 10 ». Sedo a également enregistré une forte progression du volume des 10 noms de domaine les plus chers de l’année toutes extensions confondues.

Les 10 plus belles ventes de .fr en 2008 :

1. auto.fr (100.000 EUR)
2. voitures.fr (50.000 EUR)
3. annonces.fr (30.000 EUR)
4. comparer.fr (30.000 EUR)
5. sonnerie.fr (18.500 EUR)
6. electromenager.fr (18.000 EUR)
7. ideescadeaux.fr (17.500 EUR)
8. ideecadeau.fr (17.500 EUR)
9. machineasous.fr (17.500 EUR)
10. 4×4.fr (16.000 EUR)

Le volume transactionnel du Top 10 des ventes Sedo – toutes extensions confondues – a atteint en 2008 près de 5,8 millions de dollars, soit une augmentation d’environ 80 pour cent par rapport à l’année précédente (3,2 millions de dollars). Pour la première fois, un domaine en .de s’est hissé à la tête du classement (kredit.de : 1.176.672 dollars), suivi par invest.com (1.015.000 dollars), telecom.com (700.000 dollars) et printer.com (650.000 dollars)

A propos de Sedo

Sedo est le spécialiste du second marché des noms de domaine et offre- avec 14 millions de noms de domaine proposés à la vente par leurs titulaires sur sa plateforme dont plus de 5 millions sont en parking – le plus vaste choix mondial en la matière. Plus d’informations sur www.sedo.com

Sedo est une filiale d’AdLINK (ISIN DE0005490155 / WKN: 549015), division du groupe United Internet AG (ISIN D E0005089031/ WKN 508903).

Rétrospective 2008

Pour ne pas gâcher et aussi parce que je dois avouer ne trouver que peu de temps pour poster de nouveaux billets en cette période traditionnellement chargée de fin d’année, je viens en toute impunité m’auto-citer. Pratique, hein ? Petit bras surtout, je sais ^_^

Voici mot pour mot l’édito de la dernière newsletter Sedo sur lequel mes chers collègues – très joueurs – ont eu la folie de me laisser dégainer ma plume :

Mouvementée. Au sens propre comme au sens figuré, c’est l’adjectif qui semble le mieux définir l’évolution du marché des noms de domaine durant cette année 2008 qui touche lentement mais sûrement à sa fin. Sur le premier comme sur le second marché, les derniers mois ont en effet été rythmés par nombre d’évènements qui n’ont laissé personne indifférent.

Anecdotique ou amusant pour certains, encourageant voire soulageant pour d’autres : la France a souvent pris des airs de nombril du (petit) monde des noms de domaine cette année. Du passage de la barre symbolique du million de .fr en janvier au SedoPro Partner Forum 2008 de Nice en octobre en passant par l’annonce d’un projet de semi-libéralisation des extensions lors du 32ème Meeting ICANN à Paris en juin, jamais les regards du marché ne s’étaient jusqu’alors autant tournés vers l’Hexagone.

Dans ce contexte de dynamisme, les chiffres annuels du second marché francophone des noms de domaine ont été excellents, et ce avant même de leur ajouter la récolte d’un mois de décembre qui compte souvent parmi les meilleures de l’année. Une fois n’est pas coutume, c’est le .FR qui a joué les locomotives. Souvenez-vous de 2007, où masculin.com et ses 150 000 EUR étaient venus battre le record de la plus importante vente de nom de domaine francophone jamais publiée. Cette année, c’est la paire voitures.fr et auto.fr qui, avec des prix de vente respectifs de 50 000 et 100 000 EUR, a joué les têtes d’affiche. Mais un marché ne se construit pas à coups de records. Un marché s’impose par sa capacité à trouver un rythme à la fois régulier et soutenu. Avec une augmentation de plus de 100% des transactions sur noms de domaine en .FR au 31 août 2008 par rapport à l’année 2007 entière pour une progression de 350% du volume de ventes sur la même période, le .FR a incontestablement le vent en poupe. Il pourrait même constituer la bonne surprise du rapport annuel global des transactions Sedo à paraître début 2009, et dont on peut attendre qu’il donne des éléments de réponse concrets à la question que beaucoup se posent par les temps qui courent: « le second marché des noms de domaine pourra-t-il résister à la crise ? »

Souvent comparé aux secteurs de l’immobilier et de la bourse, le second marché des noms de domaine va-t-il à terme connaître les mêmes tourments ? Après des années de croissance à deux chiffres, Les budgets de publicité en ligne des annonceurs vont-ils être revus à la baisse à un point tel que les effets sur la monétisation des noms de domaine au sens large du terme seront ressentis par l’ensemble des acteurs du marché ? Ou le business des noms de domaine serait-il au contraire la seule oasis économique dans la grisaille actuelle ? A un degré tel que même les investisseurs y trouvent un moyen à la fois simple et efficace de dynamiser leurs actifs ? Que même le grand public troque ses livrets d’épargne contre des portefeuilles de noms de domaine ?

Une chose est sûre : sur le fond, toutes les conditions sont réunies pour que le marché – et en particulier le second marché – continue d’afficher une santé solide. Le schéma de l’offre et de la demande reste en effet inchangé : d’un côté, des investisseurs ayant reconnu très tôt  le potentiel des noms de domaine génériques tant pour leur valeur intrinsèque que celle de leur trafic, et de l’autre, des utilisateurs finaux toujours plus nombreux, soumis à une concurrence toujours plus féroce en raison du développement du commerce électronique, et dont le besoin en noms de domaine de qualité reste intact.

La clé réside davantage dans le rapprochement entre les deux acteurs. Un rapprochement dans lequel tous deux auraient d’ailleurs beaucoup à gagner. Et le marché aussi.

Gageons que l’année 2009 les y aidera. Nous l’espérons en tous cas aussi mouvementée que 2008.

D’ici là, je vous souhaite au nom de toute l’équipe Sedo d’excellentes fêtes de fin d’année.

Rémy Sahuc

Chef de Zone Europe méditerranéenne – Sedo

L’article est consultable en ligne sur Sedo.fr ici.