Ventes Sedo – semaine 32

Moins de ventes de noms de domaine francophones à se mettre sous la dent la semaine dernière par rapport à la précédente, mais un volume de transactions plus élevé. C’est le premier bilan qu’on peut tirer à la vue de la publication hebdomadaire des transferts clôturés sur Sedo au cours de la semaine 32.

Avec deux beaux joyaux dans le top 10 : modele-cv-lettre.com et modele-lettre-type.com, vendus respectivement 15000 et 10000 dollars. Pour ceux qui s’étonneraient – à raison – des montant a priori supérieurs aux valeurs de marché des domaines en question, je rappelle qu’il s’agit de transactions de sites web complets. Or en matière de sites, les contenus ont souvent de la valeur aux yeux d’un acheteur spécifique qui a une idée concrète de business plan. Le « vécu » du site et son référencement sont également des points essentiels à prendre en considération lors du projet de rachat. On pourrait par exemple imaginer que l’acquéreur ait a teme l’ambition de développer un site de recherche d’emploi autour de ces sites.

Pour le reste, deux petits .fr à se mettre sous la dent seulement : petitprix.fr (2000 EUR) et webradios.fr (1000 EUR). Calcium.net (4100 EUR, parti aux enchères premium et dont la racine est utilsable dans d’autres langues) et tele.biz (1100 EUR) viennent compléter la modeste récolte détaillée en pied d’article.

Il faut dire qu’août est traditionnellement le mois le plus calme en termes de transactions, comme de trafic d’ailleurs. On comprend que la majorité des gens aient mieux à faire qu’échanger des domaines ou surfer sur Internet. Le soleil brille, profitons-en !

Je savourerai d’ailleurs quelques jours de vacances à partir de mercredi. Retour prévu en septembre, d’ici là portez-vous bien et prenez soin de vos domaines !

Vers la liste des ventes Sedo – semaine 32


Ventes Sedo – semaine 31

Au prix d’âpres négociations et de marchandages crapuleux, je suis parvenu à savoir comment me procurer une liste hebdomadaire régulière des noms de domaine vendus sur Sedo.

Je vous épargnerai un retour en arrière semaine par semaine jusqu’à l’âge de pierre des transactions sur Sedo car certains sites comme Namebio, DN Sale Price ou DomainPreise.org proposent des outils performants de recherche dans les archives.

Mais je me suis dit que partager avec vous les listes récentes à un rythme aussi régulier que possible (mais pas forcément hebdomadaire) pourrait être une idée sympa.

J’aurai l’occasion de le rabâcher dans le cadre de ma série de billets sur la valorisation des domaines, mais les précédents en termes de ventes similaires sont essentielles à l’appréciation de la valeur d’un nom. Car elles peuvent permettre d’établir des parallèles intéressants d’une part (combien pourrait valoir voitures.com si voitures.fr s’est vendu 50 000 EUR ?) et constituent le « pouls du marché » d’autre part.

La liste est disponible au format .PDF et diffusable publiquement à condition d’en citer la source : Sedo.com.

J’y ai mis une touche personnelle en marquant en rouge les noms de domaine correspondant à des termes génériques du français ou utilisables dans la langue française.

Voilà, je ne ferai pas de commentaires sur les ventes pour cette fois-ci mais n’hésitez pas à ne pas en faire de même !

Vers la liste des ventes Sedo – semaine 31

del.icio.us : un domaine au goût indigeste

Le célèbre site de social bookmarking del.icio.us – propriété de Yahoo – a annoncé hier sur son blog qu’il venait de conclure l’acquisition du nom de domaine delicious.com.

Nul besoin de chercher bien loin les raisons de ce rebranding : avec une URL comme http://del.icio.us pour enseigne, difficile de passer la seconde pour l’un des services les plus appréciés du Web et considéré comme l’un des précurseurs de l’ère 2.0. Si le nom de domaine « jeu de mots » pouvait encore faire sourire à l’époque où le fondateur Joshua Schachter l’avait choisi pour son nouveau poulain, il n’était sans doute aujourd’hui plus concevable pour Delicious de continuer à accumuler les soucis de mémorisation et de déviation de trafic.

La voix de la raison l’a donc emporté, même si la note a du être salée compte tenu de la notoriété du site. Le prix d’achat du nom de domaine n’a pas été communiqué, mais le titulaire du nom de domaine générique delicious.com devait attendre patiemment son heure depuis quelques temps déjà.

Au delà du cas d’espèce, del.icio.us avait été le déclencheur d’une mode des domain hacks parmi les domaineurs et plus généralement les webmasters. Mais aucune enseigne notoire n’ayant véritablement mordu à l’hameçon, le phénomène a crée plus de dégâts qu’ils n’a crée de vocations. Résultat, ce feu de paille spéculatif a virtuellement tiré la valeur des domain hacks vers le bas.

Rappelons qu’un domain hack est un nom de domaine qui, associé à son extension, forme un mot ou un ensemble de mots. Certaines extensions se prêtent davantage à la technique que d’autres. Le .be, par exemple, peut à la fois être utilisé pour former des termes se terminant par « be » dans la langue francaise (her.be, dau.be, four.be…) et pour reprendre le verbe être « to be » en anglais (let-it.be, might.be, 2beornot2.be). Le .fr, au contraire, n’offre à ma connaissance aucune réelle possibilité.

Mon activité quotidienne me fait fréquemment croiser le chemin de domain hacks. Mais au final, peu marquent mon esprit, preuve qu’un domain hack est davantage enclin à satisfaire un désir de fantaisie qu’il ne constitue un choix judicieux. Le seul spécimen qui ait vraiment retenu mon attention en 5 ans est un peu particulier et devrait faire sourire (ou pas) les spécialistes de la propriété industrielle qui me lisent : biscuit.lu.

Peut-être aurez-vous plus d’exemples à partager en commentaires ? Et pour ceux qui seraient en manque d’inspiration, certains ont pensé à tout.