Matt, la Bentley du marché des noms de domaine

Par un matin pluvieux de mars 2004, je pris mes quartiers chez Sedo pour un stage de fin d’études dont je ne savais pas encore où il me mènerait. Au programme, classique : café, tour du propriétaire, présentation des équipes. Dans un coin du grand appartement de Rudolfplatz, un bureau un peu fouilli et un câble réseau qui semblait attendre sagement son maître.

Je demande timidement à mon chef :

– « Qui est assis là ? »

– « Matt, un Américain qui parle un peu francais qui a fait Stanford avec Sergey et Larry »

– « Sergey et Larry ? »

– « Les fondateurs de Google, je t’expliquerai. Je crois qu’il est en voyage d’affaires aux Etats-Unis pour monter une filiale Sedo »

– « Ah, sympa. J’espère le rencontrer un jour »

– « J’espère pour toi » (je vous dis pas la pression…)

Quelques mois plus tard était annoncé officiellement la création de Sedo LLC à Boston, avec à sa tête Matt et Ulrich, un médecin allemand reconverti dans les noms de domaine. Pendant ce temps-là, un autre des fondateurs finissait ses études en philosophie et les nouvelles recrues s’entassaient joyeusement dans  les bureaux de plus en plus étroits. Quelque chose d’irrationnel flottait dans l’air, comme si la start-up surfait sur la vague parfaite à laquelle personne ne croyait plus depuis l’éclatement de la Bulle Internet quelques années plus tôt.

Cette vague, il fallait la trouver. C’est ce qu’avaient fait 4 ans plus tôt 5 jeunes copains allemands en naviguant dans les eaux troubles d’un projet étudiant. Découvrir la vague est une chose, mais aucun navire ne vogue sans un équipage soudé et les fondateurs étaient venus compléter la dream team avec le recrutement de Matt. Et dans cet équipage, Matt était incontestablement celui qui tenait la longue vue. Celui qui avait découvert la vague dans la vague : le parking de noms de domaine. Et qui allait guider Sedo sur les mers agitées du globodomaines (…)

Deux ans, une stratégie d’internationalisation, la création de SedoPro et une casquette de Product Manager/Chief Strategy Officer plus tard, Matt revint poser ses valises à Cologne pour apporter au siège allemand sa vision, son expérience et sa connaissance du marché… et travailler son allemand balbutiant. Non content d’être les yeux de l’entreprise, il en devint progressivement la voix. Car si Matt était quelqu’un de réservé dans la vie, ses yeux s’éclairaient et sa langue se déliait lorsqu’il était question de parler du marché entre experts aux quatre coins de la Terre. Parmi ses boutades préférées « [..] because that’s where the market will be in 5 years, so you might definitely consider jumping in now unless you wanna be left aside« .

Matt fût aussi à l’origine de la naissance des départements Marketing et Business Development. Car il avait compris avant bien d’autres que deux des clés de l’établissement à long terme du marché résidaient dans l’éducation d’une part, et dans le rapprochement avec le premier marché d’autre part. Plus récemment, il avait en quelque sorte parachevé son oeuvre avec la création d’un département Product Management Parking dédié dont le but serait de dessiner le produit parking du futur – un produit reposant certes sur des bases solides mais appelé à évoluer considérablement –

En 4 ans, j’ai du m’entretenir en tout et pour tout 2 heures pleines avec Matt. Certes, je ne suis pas non plus du genre bavard ni adepte des meetings à répétition. Ça tombe bien, Matt n’était pas souvent au bureau pendant les heures « classiques » et arrivait souvent avec une demi-heure de retard aux réunions pour parfois les quitter sans un mot avant leur terme. Pas par négligence, mais parce qu’il était déjà à des années lumières plus loin dans sa réflexion. Quoi qu’il en soit, 5 minutes d’échange avec Matt suffisaient souvent à balayer les brouillards parfois épais des mers du marché.

Matt faisait simplement partie de ces personnes qui sans vraiment être là, étaient là. Partout, tout le temps. Derrière chaque stratégie locale, derrière chaque changement de cap, derrière chaque succès, derrière chaque page parking, derrière chaque clic, derrière nous tous.

« Come on, it’s not a funeral !« , dit Matt à Tim suite à l’annonce officielle de son départ et le discours de remerciement élogieux dont le gratifia ce dernier. Je vais donc remercier Mr Bentley sobrement  et arrêter de parler au passé.

Car Matt nous quitte sans vraiment nous quitter. Il occupera dans un premier temps jusqu’à la fin de l’année un rôle de consultant senior en stratégie. Comme il le dit (si bien) lui-même « after all, things won’t be so much different« 

Je ne sais pas ce que Matt va faire dans les prochains mois, et vais laisser courir les rumeurs les plus loufoques. Mais je sais qu’il quitte Cologne dès la fin de la semaine pour retourner au « Fatherland ».  Le connaissant, je l’imagine bien escalader les plus belles falaises des Etats-Unis ou faire un tour du monde en voilier… à la recherche de la vague parfaite. On lui souhaite bon vent !

Enchères Premium Sedo / Juillet 2008 : les résultats

L’heure est venue de se pencher sur les désormais traditionnels résultats des enchères Premium Sedo du mois !

Le bilan en un coup d’œil :

  • taux de réussite : 37% => +2 points par rapport à juin
  • volume des ventes : 443.440 EUR => +120% par rapport à juin
  • répartition gTLD / ccTLD parmi les ventes : 92% / 8% => à peu près égal à juin
  • part du .com : 50% des ventes / 56% des ventes de gTLDs => à peu près égal à juin
  • part du .net : 23% des ventes / 25% des ventes de gTLDs
  • part du .org : 8% des ventes / 8% des ventes de gTLDs
  • part du .info : 5% des ventes / 6% des ventes de gTLD
  • 13% des domaines n’ont pas reçu d’offre => -2 points par rapport à juin

Tournez la page pour les résultats détaillés !

Lire la suite

Les noms de domaine auto.fr et voitures.fr vendus pour un total de 150 000 EUR sur Sedo

++++++++++ COMMUNIQUÉ DE PRESSE ++++++++++

COLOGNE, Allemagne, July 24 /PRNewswire/ — Les noms de domaine auto.fr et voitures.fr ont été vendus pour un montant total de 150 000 euros sur Sedo. Ces deux transactions établissent un nouveau record en matière de ventes publiées dans l’extension française .fr. La palme était jusqu’alors détenue porn.fr, vendu pour 30 000 euros en janvier 2008.

Les montants respectifs des transactions s’élèvent à 50 000 euros pour voitures.fr et 100 000 euros pour auto.fr. C’est la même personne qui a acheté les deux noms de domaine à des vendeurs différents.

« Nous détenons un certain nombre de .fr sur lesquels nous avons développé au fil des ans des sites thématiques dont nous monétisons le trafic via différentes affiliations et autres liens publicitaires » explique Jérôme Mouthon, Président de SOLORUN SA et associé fondateur de WEB618, société française détenant plus d’une centaine de noms de domaine comme beaute.fr, mode.fr ou etudiant.fr. « Nous avons décidé avec notre associé dans WEB618 – la société Digitalents Capital – de vendre au moins un à deux noms par an (comme auto.fr) pour sonder le marché. » conclut-il.

« La popularité de l’extension française n’a cessé de croître au cours des dernières années, matérialisée il y a peu par le passage de la barre symbolique du million de .fr déposés. Aujourd’hui, cet engouement touche également le second marché des noms de domaine. Les entreprises, notamment, découvrent les vertus des noms de domaine génériques » a commenté Rémy Sahuc, Chef de Zone chez Sedo.

A propos de Sedo

Sedo, acronyme de Search Engine for Domain Offers, est leader mondial du second marché des noms de domaine. L’entreprise, basée à Cologne (Allemagne), Londres (Royaume-Uni) et Boston (Etats-Unis), offre – avec 12 millions de noms de domaine et sites Web proposés à la vente par leurs titulaires sur sa plateforme dont plus de 3 millions sont en parking – le plus vaste choix mondial en la matière. Ce succès a convaincu près de 700 000 membres. Sedo est une filiale d’AdLINK (ISIN D E0005490155 / German WKN: 549015), division du groupe allemand United Internet AG (ISIN D E0005089031/ WKN 508903). Sedo propose des versions locales de son site Web en français (Sedo.fr), anglais (Sedo.co.uk), allemand (Sedo.de) et espagnol (Sedo.com). Pour plus de renseignements, visitez http://www.sedo.com.

Enchères GeoDomain Expo Moniker – les résultats

Globe terrestreMoniker vient de publier les premiers résultats des enchères qui se sont tenues le samedi 12 juillet 2008 à Chicago dans le cadre de la conférence « GeoDomain Expo » organisée par Associated Cities et le Keysey Group.

Fait intéressant, cette série d’enchères était uniquement réservée aux « geodomaines ». Kesako ? Dans le doux jargon du domaining, on qualifie de geodomaines les noms de domaine qui correspondent à ou intègrent dans leur racine des noms de continents, de pays, de régions, de villes etc.

Les geodomaines font à n’en point douter partie des noms de domaine les plus prisés du second marché et bénéficient souvent d’un statut de « special ones« , un peu au même titre que les LLL.com (noms de domaine en 3 lettres). Ils sont considérés comme des valeurs sûres pour plusieurs raisons. La première d’entre elles  est que la géographie n’est pas ou très peu tributaire des phénomènes de mode. La deuxième, que la population mondiale augmente constamment et que rares sont les villes qui coupent à l’exception. La troisième, que tous ces terriens qui s’entassent – en particulier dans les grandes villes – sont autant de consommateurs potentiels. Et pas seulement d’information. Rajoutez à cela l’aspect touristique de la chose, et vous avez tous les ingrédients pour en faire de bons domaines.

C’est donc sous les meilleurs hospices que Moniker organisait des enchères dans le cadre d’une conférence exclusivement dédiée aux geodomaines : les vendeurs en quête de liquidités allaient avoir une magnifique occasion de céder quelques unes de leurs plus belles pépites; et les investisseurs avertis, conscients que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, étaient prêts à signer des chèques à la volée.

Lire la suite

Interview sur CaptainNames

CaptainNamesVous l’aurez peut-être remarqué, le rythme des billets sur Blogodomaines a quelque peu ralenti ces derniers temps. La faute au traditionnel coup de bourre du changement de trimestre chez Sedo, à l’ambiance estivale et aux terrasses ensoleillées de Cologne et à quelques projets personnels aussi enrichissants que chronophages.

C’est ainsi par exemple que je me suis récemment vu approcher par CaptainNames.com, un site dédié aux noms de domaine propulsé par un domaineur. CaptainNames est l’exemple parfait du site multifonctions du domaineur francophone moderne, qui allie promotion de son portefeuille de domaines et informations pertinentes et actuelles sur le secteur.

Son auteur m’a gentiment proposé de me prêter au jeu des questions-réponses sur le second marché des noms de domaine. Evolution du marché, percée du domaining, développement du .fr et futur du parking sont autant de thèmes abordés.

J’ai pris beaucoup de plaisir à répondre à cette interview et remercie chaleureusement CaptainNames pour sa proposition.

L’interview est disponible dans son intégralité ici.

Bonne lecture et n’hésitez pas à relayer vos commentaires ou questions ici-même !